Noita, rédac chef du mag « Le Tofu te parle »

Noita est une végane militante du même calibre de Gurren Vegan ou Jihem Doe. Du genre à vous dire vos quatre vérités  et vous mettre face à vos contradictions. Ça fait mal mais ça fait réfléchir. Sur son blog elle aborde les sujets qui fâchent et ça envoie du pâté ! 

Pourquoi es-tu devenue végane ?

Il y a de ça bientôt 3 ans, un ami est venu nous rendre visite à mon mari et moi. Il était végétarien, alors pendant plusieurs jours il n’y a pas eu de viande à la maison. Mais il ne voulait pas nous embêter et nous on n’a pas posé de questions. Quand il est reparti, j’ai proposé à mon mari qu’on arrête aussi parce que « si on peut s’en passer autant le faire, on n’a pas l’argent pour de la bonne viande de toute façon ».  J’ai donc arrêté question d’argent, pensant reprendre plus tard. Mais en cherchant des recettes végétariennes je suis assez vite tombée sur des sites qui expliquaient les conditions d’élevage. Sur Facebook, il y a aussi beaucoup de vidéos qui tournent : le scandale du foie gras, des oeufs, des abattoirs.  Petit à petit j’arrête tout et ma grossesse surprise n’y a rien changé.

Aujourd’hui, je suis végane depuis environ 8 mois, et ma fille est végane depuis sa naissance. Elle pète la forme, comme le reste de la famille!

j'impose le veganisme à mes enfants
L’article de Noita sur le régime alimentaire de ses enfants a fait plus de 20 000 vues !

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu à un végétalien / vegan débutant ?

Ce n’est jamais facile de changer d’alimentation, de façon de consommer, surtout quand on se retrouve à faire partie d’une minorité encore très mal comprise. Pour mieux vivre le véganisme au début il est important de partir avec de bonnes bases:

S’informer. Absolument. Quelques heures sur des bons sites internet et un livre de cuisine sont nécessaires aussi bien pour éviter d’éventuels problèmes de santé que pour avoir les armes nécessaires pour « résister » au début. Le véganisme a deux gros ennemis : la frustration, que tu peux facilement combattre en découvrant de nouveaux plats/produits que l’on va adorer, et la perte de motivation souvent due au fait que tu oublies comment sont traités les animaux.

On voit des vidéos, on est choqué mais ça nous passe et on revient à la viande. Il ne faut jamais oublier les victimes.

Echanger avec d’autres vegan. Ne pas hésiter à s’inscrire sur des forum ou suivre des pages facebook/comptes twitter voir même s’inscrire dans une asso. On y trouve souvent du soutien, des conseils, des réponses à ses questions. C’est top quand il n’y a pas de vegan autour de soi.

Et dans les moments de doute, il ne faut rien lâcher ! On est entouré par des pubs, des lobbyistes qui nous mettent une énorme pression et malheureusement quand on devient vegan tout ça ne disparaît pas. On vit dans un monde qui nous conditionne, nous dicte ce que l’on peut faire ou  non : « tu es assez fort pour arrêter de fumer, tout quitter du jour au lendemain… mais le véganisme non, là tu es trop faible, tiens, regarde encore cette pub pour le mac Do » DaFuck ? C’est toi qui sais ce que peux faire ou non et si tu veux devenir vegan, tu le deviendras! Le système veut que tu le finances et donc que tu manges de la viande, parce que ca lui rapporte beaucoup donc il te fais crouler sous la pression.  Ça peut être très difficile d’y résister mais il ne faut pas lâcher. Tu sais c’est comme quand tu arrêtes la cigarette: c’est les premières semaines qui peuvent être les plus compliquées… ou pas, certains arrêtent du jour au lendemain sans difficultés.

Ce n’est pas parce qu’on a besoin de plus de temps qu’on est faible, ce n’est pas parce qu’on ressens une frustration ou une envie de fromage qu’on est faible, et on y arrivera quoi qu’il arrive !

 

Noitasigel

Parle-nous de ton blog et de tes projets

Ecrire a toujours été mon moyen de tout faire sortir. J’ai eu une enfance un peu compliquée, donc les journaux intimes et les blogs c’était très important. Quand j’ai débarqué sur Twitter c’était pour suivre des comptes et m’informer, puis j’ai pris gout au retweet. J’ai commencé le militantisme et depuis je ne peux plus m’arrêter ! Mais 140 caractères c’était très limité, donc je suis retourné voir une vieille connaissance : le blog.

Au départ je ne postais pas beaucoup, il y avait tant à dire et je ne savais pas trop par quoi commencer ni ce que je voulais faire avec ce blog. Je me suis rendue compte via ma TL Twitter qu’il y a beaucoup de jeunes qui se sentent largués dans la masse d’infos, pas soutenus par leur entourage, parfois même certains vegans ne les prenaient pas au sérieux dans leurs démarches. Donc j’écris pour eux mais tout le monde peut venir le lire, échanger, poser ses questions et apporter ses lumières, débutants comme confirmés, jeunes ou moins jeunes 😉

J’y parle de tout, que ça vienne de moi (les coups de gueules), de l’actu , une envie de parler de qqc en particulier, ou que ça soit par rapport a une question qu’on m’a posé. Cuisine, animaux, alternatives diverses… J’encourage d’ailleurs tous ceux qui ont des question à les poser ou à me proposer des sujets à traiter. Je n’écris pas pour moi, mais bien pour aider les autres 🙂

Mais même le blog ne suffit plus! J’avais envie de faire encore plus, d’aller encore plus loin, toucher encore plus de monde!  Avec une équipe, on prépare un magasine online accompagné d’un site web qui sortira en octobre. C’est un mag qui aura pour rôle d’expliquer ce qu’est le véganisme,  comment faire, de dénoncer les injustices et les arnaques du XXIe siecle (bouffe, medocs, cannabis etc) , mais aussi de montrer les alternatives possibles que ce soit aux POA, au cuir, aux médicaments allopathiques, comment voyager vegan etc. Le magazine s’appelle Le Tofu te parle .

Mon twitter, mon blog, le mag, c’est mon moyen de militer mais c’est aussi un moyen de montrer qu’on peut se battre sans violence verbale, sans corps à corps, sans faire couler le sang : il suffit de trouver une alternative à ce qu’on veut combattre, pour lui couper l’herbe sous le pied. Encore faut-il connaitre ses alternative 😉

« Si tu ne te sens pas à l’aise dans le monde dans lequel tu vis, c’est peut-être que tu es la pour le changer »

 

le tofu te parle
extrait du 1er numéro du Tofu te parle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

56 Partages
Partagez
Enregistrer
Tweetez
+1