Au secours, je suis vegane !

Il faut que je vous avoue… Je crois que je suis en train de devenir végane.

Il fallait bien que cela arrive. A force de lire des livres et de visiter des sites internet traitant du véganisme, j’ai pris des risques inconsidérés. Mes collègues et ma famille ont bien essayé de me mettre en garde mais en vain… Je suis tombée du côté obscur de la Force.

Déjà en 2014, j’étais devenue végétarienne et je n’avais pas consommé de viande ou de poisson durant plusieurs mois. Et puis en 2015, j’avais réussi à vaincre le végétarisme en remangeant petit à petit du poisson et de la viande. J’étais flexitarienne. Soulagement  général, on allait enfin pouvoir faire des repas de famille normaux ! Retourner au restau ! Se goinfrer de burger ! J’étais sauvée.

Malheureusement, en 2016, j’ai fais une rechute. Cette fois c’est du sérieux. A nouveau ce dégoût et ce rejet (inexplicable !) de la viande et du poisson. Et voilà que je rejette aussi le lait, les yaourts et ma sacro-sainte crème fraîche normande. La base de mon alimentation ! J’ai même renoncé au fromage, c’est vous dire… Tout ça parce que ça fait souffrir les animaux et que ça ravage la planète au passage. Mais quelle idée !

Ca s’est fait insidieusement… J’ai tenté de résister mais sans que je m’en rende vraiment compte, les yaourts de soja ont fait leur apparition dans mon frigo, à côté du lait d’avoine et du faux-mage au noix de cajou. Mon panier à légumes s’est mis à déborder ! Je ne savais plus quoi faire…

J’ai commencé à passer de plus en plus de temps dans ma cuisine. Galettes de lentilles corail, gratin de chou-fleur à la levure maltée, riz et courgettes au curry, bruchetta de légumes… Et le pire c’est que j’adore ça ! C’était la débandade ! Le règne du légumes, des céréales et des légumineuses ! Comble de l’horreur, j’ai fait une infidélité au Nutella avec ce chocolat à tartiner vegan abominablement bon ! J’étais foutue.

Alors que je tentais désespérément de m’accrocher à mes convictions carnistes, mon homme me donna le coup de grâce. « Nan mais moi du moment que j’ai de la margarine pour mes tartines, je m’en fous. Je mangerais de la viande et du fromage avec les potes » qu’il me dit ! Ah le fourbe ! Le traître ! L’infâme ! J’étais désespérée. Je ne pouvais plus reculer…

Merde, je suis végane.

Si vous aussi vous êtes atteint de véganisme ou si l’un de vos proches en souffre, venez m’en parler en commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 Partages
Partagez16
Épinglez
Tweetez
+1