Désencombrer sa maison : et après ?

Je vous ai parlé de désencombrement il y a quelques mois. On a trié, vidé, jeté, donné, vendu… Et maintenant, on fait quoi ? Beaucoup de livres et de blogs parlent des méthodes pour désencombrer mais j’ai trouvé peu d’articles qui parlent de l’après.

Le désencombrement

J’ai profité de deux déménagements successifs pour trier mes affaires. 6 mois après mon installation chez mon chéri et un énorme désencombrement, notre inventaire (c’est-à-dire l’ensemble de nos affaires) semble avoir atteint une certaine stabilité.

J’ai trié ma garde-robe pour ne garder que des vêtements qui me plaisent ET qui me vont. Ce ne fut pas une mince affaire. J’ai réussi à convaincre chéri de faire pareil, mais comme il n’avait déjà pas beaucoup d’affaires (plusieurs paires de chaussures, pour quoi faire ?), ce fut rapide.

Dans le bureau, j’ai également fait un énorme tri dans mes livres et je ne le regrette absolument pas. J’y vois plus clair et les livres qui sont encore sur mes étagères me mettent vraiment « en joie ».

Dans la cuisine, nous avons effectué un tri dans la vaisselle et les ustensiles pour ne garder que ce que nous avions besoin. Idem dans le salon. Enfin… presque.

Le deuxième effet kiss cool

Si vous avez désencombré votre maison, vous avez peut-être ressenti cette sensation que vous n’aviez pas encore assez vidé. Je ne sais pas si ça vient d’une mauvaise méthode de désencombrement, ou si c’est l’effet pervers de ce système, mais plus je vide, et plus j’ai envie de vider. Ca devient maladif !

Vider à tort et à travers

Je me suis mise à inspecter la maison pour trouver des choses que je n’avais pas vidé. Ai-je besoin de 2 couteaux économes ? Ai-je besoin de 12 verres ? Ai-je vraiment besoin de ce tshirt ? Avons-nous besoin de cette collection de DVD ? Et cette table ? Et… ??!!!

Si mon chéri ne m’avait pas arrêté à temps, j’aurais vidé l’appartement en entier, on aurait dormi par terre et mangé avec les doigts.

C’est tentant de devenir minimaliste, de se contenter du strict nécessaire mais il faut néanmoins garder les idées claires. Deux couteaux économes, c’est pratique quand l’un est au sale, ou si la corvée d’épluchage nécessite deux paires de bras (à moins que je ne me trouve encore des excuses ?) Et si j’avais viré la collec de DVD, chéri n’aurait vraiment pas été d’accord. Minimaliste, oui, mais pas au détriment du confort et de la paix des ménages !

Se poser les bonnes questions

Avez-vous remarqué que la plupart de nos affaires, surtout dans la cuisine, servent uniquement à faire une tâche plus rapidement ? Ma bouilloire sert à chauffer l’eau de mon thé plus vite, mon micro-onde sert à réchauffer mes plats plus vite, mes moules à muffins servent à m’éviter de découper un cake, mon grille-pain sert à griller du pain ou des blinis plus vite…

C’est là encore du confort, mais est-ce que ce ce ne serait pas aussi de la paresse ? J’ai fait le test à la maison. Je peux très bien me passer de micro-onde et de grille-pain. Finalement, est-ce que je gagne vraiment du temps ? Du temps pour retourner plus vite devant la télé ? Du temps pour faire le ménage ? Est-ce que je ne pourrais pas plutôt prendre mon temps pour cuisiner ? Je viens d’acheter un nouveau livre de cuisine dont certaines recettes nécessitent un spiraliseur de légumes… Je suis actuellement en plein conflit intérieur pour savoir si je m’en offre un !

 Dans mon armoire, j’ai gardé une centaine de pièces. Dont certaines qui étaient destinées à être données ou vendues ! J’avais même préparé des sacs de fringues à emmener chez Emmaüs. Jusqu’à ce que je me rende compte que je n’avait littéralement plus rien à me mettre. Un beau matin je me suis demandé où étaient passé tous mes tshirts ! J’ai donc repiqué quelques pièces dans les sacs à donner. Tant pis si celui est un peu vieux ou celui-là un peu grand. En attendant de gagner au loto pour racheter quelques vêtements (d’occasion), il faudra bien se contenter de ce que j’ai déjà, sous peine d’aller au travail en sous-vêtements.
 

Eviter de remplir à nouveau

Malgré ces petits désagréments, le désencombrement, et la démarche ZD dans sa globalité,  a eu un impact vraiment positif sur notre façon de consommer. Contrairement à Chéri, je travaille à Paris intramuros, je suis constamment sollicitée puisque je passe devant plein de magasins en allant et en revenant. Il y a même des magasins dans les stations et les gares… Ô tentation !

En désencombrant la maison, j’ai redécouvert mes affaires, mes livres, mes vêtements, ma vaisselle… Et je me suis rendue compte que je n’avais besoin de rien. Le plus difficile c’est de distinguer l’envie du besoin, le beau du nécessaire et/ou pratique. Je rêvasse souvent devant les objets en vitrine. C’est tellement beau que je les voudrais tous chez moi ! Même si j’ai déjà assez d’assiettes et de bols, même si la couleur de cette jupe ne me va pas, même si j’ai déjà ce livre en triple exemplaire… Depuis le début de ma démarche ZD, j’ai beaucoup progressé et j’arrive maintenant à me dire « cette robe est vraiment belle, j’aime la regarder, mais je n’ai pas besoin (ni vraiment envie) de l’acheter ».

Bénéfices : je me sens libérée de cette tentation permanente, de cette envie d’acheter à tout prix, de cette course à la dernière nouveauté ET je fais des économies.

 

Adopter une démarche minimaliste

Au début de cette aventure, je ne pensais pas découvrir autant de choses sur moi et autant de mode de vie différent du mien. Au fil de mes lectures et de mes pérégrinations sur internet, j’ai notamment découvert des mouvements comme le minimalisme et la décroissance.

Pour l’instant nous ne somme pas près d’emménager dans une tiny house, de vendre notre télé et notre frigo ou de renoncer à la techonologie mais on chemine tranquillement vers la simplicité et la slow life (je vous reparlerai de tout ça dans un prochain article). J’ai vraiment l’impression que cette démarche zéro déchet nous a vraiment changé de l’intérieur. Et ça fait du bien.

Et vous ? Comment vous vivez votre désencombrement ?
Venez m’en parler en commentaires !

4 pensées sur “Désencombrer sa maison : et après ?

  • 16/09/2016 à 09:14
    Permalink

    Je découvre ton blog aujourd’hui, et je sens que je vais beaucoup l’aimer car on a vraiment la même façon de voir les choses. bravo a toi pour ton désencombrement! En ce qui me concerne, comme tu le dis si bien, j’ai déjà énormément trié et allégé mes possessions et pourtant j’ai encore envie d’espace, alors je poursuis mais beaucoup plus tranquillement. Très bonne journée à toi, je file lire tes autres artcles

    Répondre
  • 01/10/2016 à 17:09
    Permalink

    Depuis que j’ai commencé à désencombrer, je n’arrête pas ! Je dois avoir du mal à désencombrer car j’ai déjà fait deux fois mon armoire, et il reste encore des habits jamais mis ou qui ne me conviennent pas trop. J’élimine petit à petit. Et j’attaque des placards différents à chaque fois, je donne, je mets au recyclage, je revends. Se désencombrer sans jeter bêtement prend du temps.Un sac ou deux par semaine sort de la maison… Mais il y en a encore !
    Un jour, mon appart sera épuré et zen… Dans un an, peut-être ?
    Et tout à fait d’accord avec toi, garder un peu avant de faire sortir permet de sauver des choses utiles.

    Répondre
    • 01/10/2016 à 18:41
      Permalink

      Oui ne jamais jeter sur un coup de tête ! Mais j’ai remarqué qqch : ce que l’on arrive pas à vendre ne doit peut-être pas être vendu… Par exemple j’avais un casque audio et un grille-pain à jeter. Finalement mon chéri utilise le casque pour sa console et le grille-pain ira sans doute à une amie qui déménage bientôt. Comme quoi ^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

33 Partages
Partagez33
Épinglez
Tweetez
+1