Doit-on forcément être irréprochable pour parler d’écologie ?

Faut-il est végane pour parler des régimes sans viande ? Est-ce qu’il faut être 100% zéro déchet pour prôner le fait-maison ?  Voici quelques réponses à ces questions.

Antigone XXI et Coline ont déjà abordé ce sujet sur leur blog respectif après avoir reçu des commentaires de personnes estimant qu’elles faisaient “les choses à moitié”. Je vous avez déjà parlé de cette gueguerre entre engagés dans mon article sur les régimes sans viande. Et bien cela existe aussi du côté des écolo et des adeptes du bio.

Je me suis rendue compte que moi-même j’avais ce réflexe totalement idiot de comparer mes efforts à ceux des autres écolos. Untel fait trop de déchet avec son plat à emporter, untelle porte du made in china… Et ça marche dans les deux sens ! On crie au scandale quand j’achète chez H&M ou que je prends un plat à importer alors que je suis “écolo”.

Je ne suis pas irréprochable et pourtant j’ai décidé de prendre ma plume, enfin mon clavier, pour parler d’écologie. Parce que j’apprends tous les jours et j’avais envie de partager ça avec vous.

La question ce n’est pas tellement de savoir si oui ou non j’ai le droit de parler de mes convictions et engagement, mais plutôt de la façon dont je le fais. Les écolos ont parfois tendance à jouer aux donneurs de leçons, ce qui est bien dommage. Faut dire que voir nos efforts ruiner par notre voisin table ça fout les boules… Alors oui parfois, on fait une remarque un peu désagréable. Est-ce qu’il vaut mieux se taire et faire ses trucs dans son coin ? Peut-être pas. Le mieux serait d’expliquer, de discuter, de parler sans animosité. Cela dit, ce n’est pas toujours facile et “en face” ils ne sont pas toujours hyper compréhensifs. Il faut donc composer avec chaque interlocuteur.

Alors oui, je prône l’écologie, le fait-maison et le zéro déchet. Mais c’est avant-tout un idéal, un but à atteindre (et le chemin est encore long !). Je fais des écarts, je me trompe, je tâtonne mais si j’attendais d’être madame parfaite écolo, je serais pas prête de vous en parler. Et moi, j’ai envie de parler tout de suite !

Soyons indulgent et bienveillant envers les autres mais aussi envers nous-mêmes.

Cet article a 4 commentaires

  1. Tout pareil 🙂
    Merci pour cet article.. je me sens moins seule :p

  2. Si il fallait attendre d’être parfait quelle merde on ferait n’importe quoi chacun de sin côté alors que la on test on avance parfois on recule mais on le fait ensemble et c’est top !

  3. Bonjour , je préfère un article honnete comme le votre à un parti pris ultra et sans concession. L’essentiel est de faire au mieux en restant tolérant avec soi et les autres. Les donneurs de leçons m’insupportent. De plus ils n’incitent pas les autres à changer, au contraire. Votre attitude est très saine je trouve. Personnellement je culpabilise souvent aussi mais si je regarde en arrière je vois qu’il.y à plus de progrès que d’échecs. Je suis sûre que c’est la même chose pour vous.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu