Les bienfaits de l'alimentation végétalienne

L’impact du végétalisme sur l’environnement

Ce mois-ci, je laisse la parole à Quentin, du site MerciVégan, pour vous parler des bienfaits de l’alimentation végétalienne sur l’environnement. Quand on dit qu’un végan en 4×4 pollue toujours mois qu’un omnivore à vélo, ce n’est pas juste pour faire joli sur une pancarte en manif. Y a du rien là-dedans !

Être végétalien, par définition, signifie adopter une alimentation végétalienne, c’est-à-dire consommer uniquement des produits végétaux. Autrement dit, cela signifie dire non à tout produit d’origine animal ou tout produit provenant de leur exploitation : la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers non végétaux ou encore le miel.

Et adopter le mode de vie végan est bien plus qu’un changement dans son alimentation. C’est un style de vie car beaucoup de produits de notre vie quotidienne sont liés aux animaux. C’est le cas de certaines marques de cosmétiques qui font des tests sur des lapins ou encore certains vêtements qui contiennent des matières animales.

Ces bienfaits se distinguent en trois dimensions : l’environnement, la vie animale ainsi que les bienfaits nutritionnels.

L’environnement est une dimension principale du véganisme, et nous nous concentrerons sur cet aspect dans cet article.

Au sein de cette dimension, plusieurs composantes sont affectées par la production de viande, notamment de viande rouge et la consommation de produits animales : climat, terres, eau, déforestation… Une alimentation végétalienne permettrait de faire un grand pas en avant pour la protection de la planète.

L'impact d'une alimentation végétalienne

Une alimentation responsable contre le réchauffement climatique

L’élevage est responsable d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, autour de 15%.

Pour être plus précis, produire un kilogramme de bœuf émet en moyenne 290 kilogrammes de dioxyde de carbone. Cela est problématique quand on sait que beaucoup de grandes métropoles, dont Paris, sont concernées par une dégradation de la qualité de l’air.

En outre, le méthane est un gaz à effet de serre impliqué dans la production de viande. À l’échelle mondiale, plus de 20% des émissions de méthane proviennent du lisier et du bétail.

En d’autres mots, choisir une alimentation végane signifie se tourner vers des aliments comme les fruits et légumes qui, pour leur production, émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre. Cela serait un grand pas en avant pour réduire l’ampleur le réchauffement climatique.

Jusqu’à ce qu’un morceau de viande atterrisse dans les rayons du supermarché, il est passé par un long processus qui se compose de plusieurs étapes. Une grande étape est le parcours qu’il fait entre l’élevage et le supermarché.

Et ce voyage qu’il doit parcourir consomme de très grandes quantités d’énergie fossile.

Si l’on explique plus en détails, il faut d’abord diriger le fourrage vers les zones d’élevages, prendre en charge le transport du bétail vers l’abattoir. Avant la distribution, il y a aussi la transformation qui utilise beaucoup d’énergie.

Et ce processus est très différent et est beaucoup moins conséquent, pour les produits d’origine végétale comme les produits faits à base de soja (tofu, tempeh…) qui d’un point de vue nutritionnel sont de très bons substituts à la viande.

L’eau, une ressource rare

Concernant la question de l’eau, élever le bétail nécessite beaucoup d’eau. Ces derniers, comme tout être vivant, consomment de l’eau (en grande quantité) pour vivre et grandir. Dans le cadre de l’élevage, les chiffres de consommation d’eau sont impressionnants.

L’agriculture utilise près de trois quarts des ressources en eau douce.

En comparaison, l’eau que l’on boit (estimée à 2/3 litres par jour et par personne) représente une partie extrêmement faible de l’eau utilisée pour la production agricole.

Par l’alimentation végétalienne, toute cette consommation serait moindre. En effet, la plupart des aliments d’origine végétale ne nécessitent que très peu d’eau pour leur production.

Si l’on compare entre les calories animales et les calories végétales, la consommation d’eau est 5 fois plus faible pour produire des calories végétales que pour produire des calories animales (5m3 d’eau pour 1000 calories animales, 1m3 pour 1000 calories végétales).

À côté des quantités d’eau utilisées, l’élevage est à l’origine de la pollution de l’eau : déchets animaux, antibiotiques, et pesticides utilisés par la grande industrie pour produire de la viande.

 

La déforestation

Qui parle d’environnement doit mentionner la déforestation, une grande problématique à l’heure actuelle. Encore une fois, la production de viande est en grande partie responsable de ce problème.

Pour répondre à la demande de viande, qui a été multipliée par cinq depuis 1950, il faut de l’espace. Et pour cela, de plus en plus de forêts sont rasées et tailladées.

L’exemple le plus marquant est en Amérique du Sud au sein de la forêt amazonienne.

L’élevage bovin est responsable en très grande partie de la destruction de la forêt amazonienne (près de 80%). Cela est le résultat de la mise en place de nouvelles terres appropriées pour produire plus de viande, et nouvelles cultures aménagées pour les élevages.

Si l’on souligne le fait que la demande de viande ne cesse de croître, le phénomène de déforestation risque de se poursuivre si l’on n’adopte pas davantage un régime alimentaire végétal, qui permettrait de protéger efficacement la Terre et la nature.


Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.